Donner du temps au temps

mayurasana

C´est encore l’été et nos cœurs s’ouvrent vers une jovialité contagieuse. Cinq amies se retrouvent gaiement en terrasse. Elles savourent leur semaine de liberté de mère célibataire, sans maris, sans enfants. Pendant leurs échanges denses et nourris de connivences, je suis interpellée par une phrase qui me semble familière « Ah si je pouvais zapper ces quelques années pour être dans 5 ans !! »

Cette idée ne vous a-t-elle jamais effleurée l’esprit ; ne serait ce qu’une seconde ? Qui n’a jamais eu envie dans les moments difficiles de brûler certaines étapes de sa vie , lever la main ?

Nous vivons dans une société numérique ou presque tout est accessible instantanément. Les achats : on clique , on achète.  Les repas : on a faim , on clique , les plats sont livrés, les pieds sous la table. Les amours : on clique et après quelques brefs entretiens si les atomes ne sont pas crochus alors on zappe au prochain candidat.

Naturellement, nous attendons que cette fluidité –facilité s’applique tout autant dans  d’ autres aspects de notre vie et on oublie de donner du temps au temps.

Elever son enfant est l’un des métiers des plus complexe et des plus prenant. Mais sans toutes ces nuits blanches interminables à consoler, à essuyer les larmes , à changer les couches ; sans toutes ces journées à les porter jusqu’à avoir le dos cassé ; sans toutes ces matinées à se tirer les cheveux pour trouver la bonne école, à faire une queue aux aurores pour la bonne activité ; serions nous les femmes , les mamans que nous sommes aujourd’hui, à recevoir cet océan d »amour inconditionnel  sans avoir vécu tout cela au préalable?? Le chemin n’est il pas aussi important que la finalité ?

Dans le yoga , le chemin n’est pas non plus simple et immédiat. La pratique des asanas (postures) demande de comprendre chaque position, de l’adapter à ses besoins et sa physiologie, de comprendre son interaction physique, voire psycho-energétique, et enfin  d’exploiter son plein potentiel dans la progression de cette posture. Se centrer, écouter, s’écouter, s’aligner, tenir encore et encore pour aller un peu plus loin. Tout cela ne peut se faire sans un effort physique et mental  requis.

Sans toutes ces années de faux pas, de tâtonnements, de chutes et de courbatures, je ne serai pas la yogini qui tous les jours déroule son tapis pour essayer une millième fois  Mayurasana .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.